1. Tu manipuleras avec facilité toutes les vitamines que les soins intensifs mettent à ta disposition : la vitamine F pour Fentanyl, la vitamine H pour Haldol, la vitamine L pour Lasix (ou Lasilix, le Furosémide quoi), la vitamine P pour Propofol, la vitamine X pour Xanax et la vitamine Z pour Zyprexa.
  2. Tu respecteras les infirmier(ière)s de soins intensifs qui soignent “LE” patient VODKA avec le sourire. Patient VODKA = Patient Violent, Obèse, Diabétique, aKro et Alcoolique.
  3. Tu regarderas systématiquement autour de toi avec un oeil coupable lorsque tu fais une faute d’asepsie en posant le champ stérile de la VVC pour savoir si quelqu’un (l’infirmier(ière) ou pire le stagiaire) t’a vu avant de sourire sous ton masque, de tout enlever et de tout réinstaller.
  4. Tu éviteras de tendre la main pour serrer celle du patient tétraplégique en le regardant d’un air réprobateur du genre “c’est pas parce que t’es malade que t’as le droit d’être impoli” avant de t’apercevoir te ta bêtise et de te sentir extrêmement coupable. Ascenseur émotionnel quand tu nous tiens.
  5. Tu mettras “ta vie” dans la laryngoscopie. L’erreur de débutant est de ne pas se servir de son Adrénaline pour dégager la glotte. On veut voir la tête se décoller si nécessaire. Prudence quand même chez le traumatisé cervical!!!
  6. Tu feras malgré tout attention à gérer cette Adrénaline nouvelle pour ne pas enfoncer le tube jusqu’à la bronche lobaire inférieure droite.
  7. Enfin, tu ne ventileras ton patient nouvellement intubé comme un fou à 40 par minute tout content d’avoir réussi car sinon c’est lui qui nécessitera de l’Adrénaline sur un coeur désamorcé par la pression intrathoracique très augmentée : collapsus de reventilation!!!
  8. Tu diras au staff le matin que la reprise du Propofol pour le patient agité du box F était pour pouvoir le réafférenter et pas du tout parce que l’infirmier(ière) t’appelait toutes les 5 minutes.
  9. Tu ne pourras t’empêcher d’avoir un sourire de satisfaction sous ton masque quand celui à qui tu passes la main pour poser la VVC galère autant que toi avant de te rappeler que l’on traite un être humain et que malgré tout 2 mcg/kg/min de Noradrénaline sur une voie veineuse périphérique, ça fait beaucoup.
  10. Tu apprendras à poser la PIC chez ton patient cérébrolésé pour ne pas avoir cette éternelle, mais oh combien inutile, conversation avec le neurochirurgien pour savoir comment tu vas pouvoir le surveiller sans avoir à le réveiller et justement lui faire diminuer drastiquement sa PPC.

Laisser un commentaire