1. Tu es réanimateur quand la taille des ongles des orteils de ton patient influence ta prise de décision de limitation ou d’arrêt de soins.
  2. Tu as intérêt à avoir des arguments en béton pour prescrire une dialyse après minuit et avant 7 heures du matin.
  3. C’est fou comme tu as toujours envie de serrer la main, toucher les genoux et de t’assoir sur le lit du patient BLSE, MRSA et ERV.
  4. C’est d’ailleurs étrange que l’infirmier(ière) te prévienne que le patient est en isolement contact seulement une fois que tu as serré la main, touché les genoux et t’es assis sur le lit du patient BLSE, MRSA et ERV.
  5. En même temps il est impressionnant comme tu es capable de spécifiquement ne prêter aucune attention aux énormes autocollants fluos placés sur le scope, sur le respirateur, sur le lit, sur l’ordinateur voire sur le front du malade t’indiquant que le patient est en isolement contact.
  6. Tu sais que tu es à la fin de ta garde quand tu ne sais plus si ton patient du box H est en décubitus dorsal avec une grosse barbe ou en décubitus ventral avec des poils dans le dos.
  7. Tu sais parfaitement que le NO ne sauve pas la vie de tes patients mais tu finis toujours par le prescrire parce que 79% de sat à 100% de FiO₂ ça fait toujours désordre et ça permet d’attendre la relève pour mettre l’ECMO.
  8. Tu t’irrites généralement toujours un peu d’avoir demander à ton stagiaire de t’informer de la saturation de ton patient pendant l’intubation quand tu galères et qu’il t’égrène impassiblement 90, 85, 80, 75, 70, 65, 60, 55%… Je vois rien, BORDEL!!!
  9. Tu ne peux t’empêcher de penser à Star Wars : L’empire contre attaque quand tu fais une broncho à ton patient et que tu essaies de choper la bronche lobaire supérieure droite du premier coup.
  10. Tu as bien travaillé l’expression faciale que tu colles sur ton visage quand tu apprends des trucs importants sur tes patients de la nuit par ton interne lorsqu’il fait les transmissions.

Laisser un commentaire